là où je tire quelques leçons

 

Capture1 

Durant un an,je n'ai quasiment pas jardiné. Nous allions déménager et j'ai laissé mon jardin aller, me projetant dans celui à venir. De temps à autres, j'ai couché quelques pensées que je vous livre maintenant :

 

 Novembre 2014

De mon premier jardin, j'ai retenu bien des leçons et en particulier qu'on ne lui impose pas ses envies mais qu'il faut composer avec.

Capture2

Ce jardin était en grande partie ombragé, frais et la terre y était argileuse.

 Après avoir (j'en ris maintenant) tenté de faire fleurir lavandes, roses et magnolia à l'ombre, les pieds dans l'argile humide, j'ai vite compris qu'il y avait en matière de jardinage des lois incontournables.

 Les courgettes n'ont jamais voulu pousser dans le potager, les bulbes de tulipes pourrissaient durant l'hiver et les pavots annuels, si nombreux la première année n'ont jamais daigné repousser, malgré des semis répétés. Il a donc bien fallu faire avec et si j'ai du renoncer aux cucurbitacées, j'ai "écouté" mon potager et priviégié les légumes qui y prospéraient : les légumes feuilles et les légumes racines, sûrement moins avides de chaleur et nécessitant une terre moins riche. J'ai fini par planter mes tulipes en pots et commencé une collection de pavots vivaces.

 

Capture3

 

 J'ai appris à patienter, j'ai parfois été déçue mais j'ai surtout été maintes fois touchée par la grâce que m'offrait mon jardin.

 Là plus qu'ailleurs, le temps s'étire, on est à l'abris du tumulte de la ville mais jamais de la grâce qu'il nous offre.

Capture4

 Serais-je plus sensée dans mon prochain jardin? Plus patiente?

Le jardin sera-t-il plus pensé, moins impulsif?

Y tenterais-je malgré tout quelques paris un peu fous?