et si on parlait compost?

 

compost

 

Acheter un composteur a été l'un de mes tout premiers gestes de jardinière.

Je trouve qu'il est extrêmement valorisant de transformer ses déchets en matière qui nourrira le sol et permettra aux végétaux d'être en bonne santé naturellement et à moindre coup. Quel plaisir, après de longs mois d'attente de pouvoir enfouir ses mains dans cette noble matière et de l'incorporer  à la terre du jardin!

J'ai dévoré le petit livre du compost (recettes pratiques et rigolotes pour un jardin en bonne santé et une planète préservée). De la science simplifiée et  amusante qui permet de mieux comprendre le fonctionnement des p'tites bêtes du compost...et de la terre de nos jardins.

J'ai acheté un deuxième composteur qui permettait au premier tas de mûrir pendant que j'en remplissais un autre.

Puis en déménageant dans un plus grand jardin, j'en ai crée deux autres en fabriquant des cylindres de grillages, pour faire du compost de feuilles.

Mais au bout d'un an, force est de constater que je ne suis toujours pas satisfaite de ma fabrication de compost!

Celui-ci est très long à mûrir. Il reste au bout d'un an encore quantité de déchets non décomposés et en Charente Maritime, le manque d'eau n'arrange pas les choses.

Mon souci majeur étant le suivant : comment brasser un tas de compost qui est cloisonné dans une caisse d'à peu près un mètre cube?

Alors voilà ce que j'ai fait : j'ai sorti le compost des composteurs et l'ai réparti en tas directement sur le sol. Et exit les composteurs! Car pour se décomposer, les déchets ont besoin d'être brassés de temps à autres. Or, si les composteurs permettent de cacher la vue des déchets, ils empêchent ou tout du moins entravent ensuite leur indispensable manipulation.

Par ailleurs, je continuerai à fonctionner avec deux tas de compost: un qui mûri et l'autre que je nourris.

D'autre part, avez-vous aussi contaté qu'on n'a jamais trop de compost?

Lors d'un week-end portes ouvertes à l'unité de compostage de ma communauté d'aglomération, j'ai découvert qu'on pouvait toute l'année se fournir en compost certifié Agriculture Bio. Je suis repartie avec une remorque chargée de 260kg de compost fin pour...12 euros! Qui dit mieux?

Et de votre côté, quelle expérience avez-vous du compost?